Les lannemezanais en marche pour soutenir la Ligue contre le cancer

21 octobre 2021 à 17h11

La Ligue contre le cancer organise en partenariat avec la ville de Lannemezan une marche Octobre rose, vendredi. Le rendez-vous est fixé à 17h45 à la place de la poste de Lannemezan. Les participants sont invités à s'habiller en rose. Une photo de groupe et un échauffement zumba inaugureront la marche. Ensuite, le parcours de 5 kilomètres se terminera au stade François-Sarrat, où une collation sera servie pour tous les participants. Jean-Paul Duclos, représentant de la Ligue contre le cancer, est à l'origine de la marche. Entretien.

Pourquoi avoir lancé cette initiative à Lannemezan ?

Déjà, parce que je suis lannemezanais. Il faut animer la ville, au plus près des gens pour qu'ils s'intéressent. J'ai été moi-même malade d'un cancer. Depuis, je m'investis pour m'occuper des personnes atteintes de la maladie. L'année avant le covid, j'avais donc organisé une soirée chant. Cette année, en partenariat avec la mairie de Lannemezan, on a décidé de faire une marche.

Plusieurs autres villes organisent des marches dans le cadre d'octobre rose, pourquoi cette forme de soutien vous a intéressé ?

Je préférais rassembler un maximum de personnes. Le fait de marcher 5 kilomètres ensemble, on apprend à se connaître, on fait des rencontres, on peut parler de la maladie mais aussi de beaucoup d'autres choses. On va également passer en centre-ville, ça va permettre de l'animer quelques minutes. Puis c'est ouvert et à la portée de tout le monde, de tous les âges. On peut y aller en famille. Dans les villes où ça se fait, en général ça marche très bien.

L'occasion, donc, de créer du soutien, non seulement social mais financier également ?

Tout à fait, on demande une participation de 5 euros à l'inscription. Les dons seront reversés à la Ligue contre le cancer et destinés à la recherche. Octobre rose est basé sur le cancer du sein et il faut savoir que 80% des malades sont guéris. Aujourd'hui, beaucoup d'examens sont mis en place dans le cadre de la recherche pour les traiter. Si détectés à temps, ils peuvent être soignés et il faut que les gens le sachent. Donc le soutien de tout le monde est important. Ce n'est pas pour rien qu'on dit que les petits ruisseaux font les grandes rivières, c'est vrai et c'est comme ça qu'il faut fonctionner.

L'initiative va-t-elle se renouveler ?

Oui. Vendredi on pourra être 150 ou 200 personnes, l'année prochaine on sera peut-être 400. C'est encourageant que la marche de vendredi intéresse autant de personnes. Il faut que ça continue. Si les gens sont contents du moment qu'on a passé ensemble, à l'aide du bouche à oreille, j'espère que l'an prochain on sera encore plus nombreux.
N.B.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article