Élections régionales et départementales : le Président du département du Gers, Philippe Martin, prend position pour les maintenir


12 avril 2021
Êtes-vous pour le maintien des élections régionales et départementales en juin prochain ? C'est la question à laquelle les maires de France et notamment du Gers ont du répondre ce week-end. Vendredi soir, les édiles gersois ont reçu un mail urgent de la préfecture leur demandant de répondre par oui ou par non" d'ici lundi midi, si les conditions préconisées par le comité scientifique leur semblaient réunies pour organiser les deux scrutins, les 13 et 20 juin prochain. Une concertation qui interroge le Président du Conseil Départemental du Gers, Philippe Martin tant sur le fond que sur la forme. D'autant que le conseil scientifique n'a pas conclu à la nécessité de reporter ces élections pour des raisons sanitaires.
“Ça m'interroge tout d'abord sur la forme. Cette consultation éclair ne donne pas le temps de l'explication. Et sur le fond, on voit bien que le gouvernement qui sait que ces élections risquent de ne pas être très favorable cherche quelque chose pour les retarder. Mon engagement à moi dans le Gers, montre que la sécurité des Gersois est ma priorité absolue. Mais pour autant, je ne vois pas ce qui ne nous permettrait pas d'organiser à la mi-juin un scrutin électoral alors qu'on pourrait rouvrir les terrasses des cafés et des restaurants à mi-mai. Et qu'aujourd'hui, on va dans les moyennes et grandes surfaces.”
Les maires consultés en urgence par le gouvernement sur la tenue de ces deux scrutins
Pour le président Philippe Martin, le pays et notamment le Gers est en capacité d'organiser ces élections. Avec la présidente de Région Carole Delga, il a adressé par e-mail un courrier invitant tous les maires du Gers à répondre favorablement au maintien de ces élection, et à ainsi "marquer leur attachement à la démocratie". Reporter une nouvelle fois ces élections serait un "déni de démocratie" selon l'ancien ministre de l'Ecologie.
 
“Pourquoi on serait le seul pays d'Europe à ne pas pouvoir organiser des consultations électorales ? Partout ailleurs, en Allemagne, en Espagne, au Portugal, des consultations sont organisées. On serait à nouveau le seul pays d'Europe qui ne serait pas en capacité de le faire. La sécurité absolue des maires, de leurs assesseurs, des citoyens, elle est bien-sûr primordiale. Mais, dans un pays comme le nôtre, je pense qu'on est en capacité d'organiser les choses de manière la plus sécure possible.”
 
La question devrait être au cœur des discussions à l'Assemblée et au Sénat demain et mercredi. Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, s'est dit favorable à un report en octobre des scrutins. A contrario, le président du Sénat Gérard Larcher, s'est lui déclaré favorable pour leur maintien en juin.
 
E.R

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article