Départ de Catherine Séguin : "Je m'en vais avec un pincement au coeur"


01 août 2020
La préfète Catherine Séguin prendra les reines de la préfecture de la Loire à Saint-Etienne le 24 août. Après deux ans et huit mois passés dans le Gers, elle a tenu hier une ultime conférence de presse dans la salle de l'Intendant d'Etigny, dans un contexte de crise sanitaire où chacun a bien veillé à respecter la distanciation physique. C'est d'ailleurs l'un des sujets qui aura marqué son passage dans le département. 
 
Vous vous apprêtez à rejoindre la Loire. Quel bilan pouvez-vous tirer de ces années passées dans le Gers?
Il ne s'agit pas d'établir un bilan mais de faire une passation de témoin qui est en cours. Je succédais à Pierre Ory, je précède Xavier Brunetière. Nous sommes là pour faire avancer les dossiers et administrer le territoire. Il faut une continuer de l'action de l'Etat dans les territoires. J'ai eu des périodes marquantes qui ont caractérisé mon passage dans le Gers, des événements plutôt extérieurs au Gers, notamment la crise des Gilets jaunes. Une crise suivie de l'organisation d'un grand débat avec beaucoup de résultats et une série de mesures pour aider les plus démunis. Il y a eu à terme l’expression d'une plus grande association des concitoyens sans attendre les échéances électorales. Le Gers est avide de participer à la vie démocratique, il a une appétence pour la citoyenneté avec un taux de participation supérieur à l’échelle nationale. 42 débats publics ont été organisés dans un département de 190 000 habitants, c'est énorme. 
 
Les Gilets jaunes, mais un autre événement extérieur est venu marquer votre passage...
La crise de la covid-19 en effet, qui nous a valu en 109  jours de réunir 144 fois notre centre opérationnel de défense. On a travaillé avec l'ARS pour gérer la crise, et soutenir la vie de nos concitoyens et les conséquences sociales, économiques que l'on voit émerger. Ce sera le prochain défi : ce plan de relance vers un retour à la vie normale. En terme de faits qui m'ont marquée, je pense au déclenchement du plan NOVI par mes moyens dans l'accident d'un bus à Manciet peu de jours après mon arrivée. Le Grenelle des violences faites aux femmes aussi m'a marquée, on a beaucoup travaillé pour que les victimes soient protégées et mieux accompagnées. 
 
Vous avez pu échanger sur les grands dossiers que votre successeur Xavier Brunetière aura à sa charge?
Il est de bon ton que les préfets se parlent, c'est prévu dans les prochaines heures. La continuité de l'Etat est essentielle. Quand préfets prennent leurs fonctions, ils se doivent de veiller à la sécurité publique, à l'application des lois. On aura un échange amical sur ce que je retiens de mon passage ici et ce qui relève des dossiers prioritaires du moment.
 
Vous partez à Saint-Etienne dans la Loire avec quatre fois plus d'habitants que le Gers. Quels seront les nouveaux enjeux?
C'est la sagesse qui doit le dicter : pour bien connaitre un territoire, il faut en connaitre les acteurs. Je suis très honorée de cette nomination, c'est une vraie marque de confiance. J'aurai à cœur de me lancer dans une série de rencontres en grand nombre avec les acteurs et forces vives du territoire. 
 
Le mot de la fin s'adresse aux Gersois. Quel message vous aimeriez leur laisser?
Je pars avec un pincement au cœur. Je me suis attachée au département, je me suis attachée aux personnes qui y vivent et qui le font vivre. Je vais les regretter, ces caractères, ces paysages. J'aime les personnes qui ont du répondant et la discussion ne me fait pas peur. Le Gers a de gros atouts, au-delà de la perception de la carte postale qui correspond bien à la qualité de vie. Je vois surtout des atouts qui demandent à être valorisés. Non à la dispersion et l'isolement, il faut continuer de s'ouvrir. Ce n'est pas évident. Je tiens aussi à remercier les élus avec lesquels j'ai pu travailler, les chefs d'entreprises, présidents d'associations entre autres. Jai été sensible de l'accueil qu'il m'ont réservé. 
 Propos recueillis par N.M

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article