Auch : la course-poursuite se finit dans le décor à Preignan.

Auch : la course-poursuite se finit dans le décor à Preignan.

3
228
0
lundi, 07 mai 2018
Dans le Gers

Le nombre d’infractions qu’il commettait, hier en fin de matinée à proximité de la place Verdun à Auch, a attiré l’oeil des policiers. Mais en voulant contrôler cet automobiliste de 27 ans, ils ne pensaient certainement pas effectuer une course-poursuite d’une dizaine de kilomètres. Au volant de son Opel Astra, il tente donc de semer les policiers en faisant des tours de rond-point à hauteur de la jonction des accès à la rocade, et emprunte subitement la direction d’Agen, enchaînant les infractions, les dépassements dangereux, les franchissements de ligne continue, et le risque de créer des accidents. A distance pour éviter un drame, la patrouille suit le fuyard jusqu’à…. Preignan où le conducteur pense les avoir semés. Il arrive à une vitesse impressionnante sur le rond-point de Preignan, percute l’intérieur du carrefour à sens giratoire. Le véhicule, tangue mais ne bascule pas et le conducteur prend la première échappatoire, en bifurquant dans la rue entrant dans le centre de Preignan. Il réitère son lot d’infractions dont une lui sera fatale : son dernier dépassement, en plein virage et en franchissant une ligne continue à forte vitesse, l’entraîne tout droit sur le trottoir face à la boulangerie. Les policiers se lancent alors, devant de nombreux badauds éberlués, à la poursuite pédestre du jeune homme, laissant à l’abandon sa compagne terrorisée à l’intérieur de l’habitacle. L’interpellation est houleuse : un premier policier reçoit un coup de pied, un deuxième se fait frapper à hauteur du genou gauche malgré l’usage d’une bombe lacrymogène. Il faudra l’intervention de trois policiers, et d’un témoin de la scène très âgé, pour maîtriser l’individu. A l’origine de cette prise de risque inconsidérée, ce natif d’Auch circulait… sans assurance ni permis de conduire.

Case prison

Sauf que l’individu avait déjà été condamné par la justice pour les mêmes motifs : violences volontaires, défaut de permis et assurance. Sous le coup d’un sursis de 12 mois, il prendra la direction cet après-midi de la maison d’arrêt d’Agen pour effectuer sa peine. Il sera convoqué en octobre prochain devant le tribunal correctionnel pour répondre des faits commis hier. Un des deux policiers frappés a été évacué hier à l’hôpital d’Auch pour quelques traumatismes au genou gauche, frappé et écrasé dans l’interpellation de l’individu.

 

 

share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu Title