Auch : une femme frappée ce matin devant son fils, l’auteur finit au CHS.

Auch : une femme frappée ce matin devant son fils, l’auteur finit au CHS.

3
5167
0
jeudi, 08 février 2018
Dans le Gers

Tout est parti d’un bar situé près de la gare d’Auch, ce matin vers 7h30. Un colosse de 23 ans, bâti tel un pilier, importune le gérant pour une raison inconnue à cette heure. On apprendra plus tard qu’un différend l’impliquant avait déjà éclaté dans ce secteur en janvier. Le jeune homme tente de lui asséner un coup. Le patron esquive, et parvient à le sortir du commerce. Il renverse le présentoir de journaux, donne un coup au rétroviseur d’un véhicule qui passait par-là et prend la fuite en direction de la haute-ville.

Il se pose devant un autre commerce. Cette fois, place de la Libération. Il est 8h10, verre à la main, il apostrophe les passants. Jusque-là sans violence. Mais un couple fera les frais quelques minutes plus tard de sa folie matinale : en traversant la rue Gambetta, le mari se retrouve face à l’individu. Quelques échanges verbaux assez tendus, l’homme s’éloigne. Puis la femme en prend aussi pour son grade. Mais le seuil verbal est dépassé, des coups pleuvent dont un coup de pied dans l’abdomen, devant le fils du couple, cartable sur le dos qui prenait le chemin de l’école. Personne ne bouge, si ce n’est un témoin de la scène. Pas de chance pour le jeune homme, c’est un policier en civil. Il allait justement commencer le service. Puis un deuxième policier en civil s’ajoute au processus d’interpellation, et encore un troisième. Là au bon moment. Ils parviennent à maîtriser l’individu non sans mal. La police secours se chargera de l’emmener au commissariat d’Auch où il sera placé en garde-à-vue.

Direction l’hôpital psy

Il s’avérera que l’alcool n’est même pas un facteur puisque les dépistages alcoolémie sont sont révélés négatifs. Mais son état d’excitation est tel que le maintenir en garde-à-vue relève de l’impossible. La police fait appel au centre hospitalier spécialisé du Gers où une équipe médicale se chargera du transfert et de son hospitalisation d’office. Il séjournera au moins 72 heures sous décision de la préfète, voire plus, selon les évaluations du médecin.

Dans la gueule du loup

Cet Auscitain appartenant plus ou moins au milieu SDF devra donc répondre de ses actes devant la justice, la date reste à déterminer pour cette affaire. Et ce n’est pas la seule. Il était recherché depuis plusieurs semaines par les autorités pour six autres affaires de violences et de dégradations.

share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu Title