Gers : deux mois après leur arrivée, que deviennent les jeunes migrants de Calais?

Gers : deux mois après leur arrivée, que deviennent les jeunes migrants de Calais?

2
1640
1
mercredi, 18 janvier 2017
Dans le Gers

Le démantèlement de la « jungle » de Calais avait fait grand bruit en octobre 2016. Face à la crise migratoire, le département du Gers avait fait preuve de solidarité en accueillant plusieurs d’entre eux sur le territoire. Où en sont-ils aujourd’hui? Elements de réponse.

Les migrants mineurs ont été accueillis, début novembre 2016, dans le centre d’accueil et d’orientation pour mineurs, installé temporairement à l’ancien EPHAD de la Ribère à Auch, géré par l’association REGAR et financé en totalité par l’Etat. Un d’entre eux a quitté le centre peu après son arrivée, 3 ont été admis à rejoindre, comme ils le souhaitaient, la Grande Bretagne, 3 ont déclaré après leur arrivée être majeurs, et vont donc être dirigés vers les CAO du département 12 font l’objet d’examen pour l’évaluation de leur minorité et de leur isolement en vue de leur prise en charge par le dispositif d’aide sociale à l’enfance, géré par le Conseil Départemental. Pour ces 12 migrants, si leur minorité est confirmée, ils pourront également demander l’asile, déposer un dossier d’admission au séjour, préparer une formation scolaire ou professionnelle et bénéficier de tout l’accompagnement social de l’aide à l’enfance dans le Gers ou dans un autre département.
Depuis novembre 2015, 94 migrants majeurs ont été accueillis. Ils ont été logés dans les deux centres d’accueil et d’orientation du département. Ces deux CAO situés sur les communes de Le Brouih-Monbert et d’Auch. Sur les 94 migrants majeurs  accueillis, 37 ont quitté les CAO volontairement peu après leur arrivée, 26 s’inscrivaient dans la procédure «Dublin», c’est-à-dire remise à l’Etat européen par lequel ils avaient transité, 6 ont obtenu une protection subsidiaire, 22 sont en cours de procédures de demande d’asile, 3 ont bénéficié des dispositifs d’aide au retour volontaire vers leur pays.

One Comment

  1. Petry says:

    J’ai une maison en cours de finitions à côté de Marciac. Cela peut il intéressér des migrants?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu Title